3 semaines en Nouvelle-Calédonie



Me revoici par ici pour vous partager mon voyage de presque trois semaines en Nouvelle-Calédonie au moins de décembre, l'occasion aussi de vous souhaiter le meilleur pour 2018 !

La Nouvelle-Calédonie c'était mon objectif n°1 en venant en Nouvelle-Zélande. J'étais sûre d'aller y faire un tour, c'était en effet un vieux rêve ! Après avoir travaillé 6 mois, il était temps, fin novembre, de s'accorder une bonne pause au soleil ! C'est un petit bout de France accessible, à seulement 3 heures d'Auckland.


La Nouvelle-Calédonie est un ensemble d'îles : la plus importante est la Grande Terre longue de 400 km, les Iles Loyauté (Ouvéa, Lifou, Tiga et Maré), l'Ile des Pins, Belep ... pour les principales. Je n'avais pas le temps de toutes les découvrir, j'en ai donc choisi 3, et la Grande Terre que je n'ai malheureusement pas pu parcourir entièrement.


Les flèches faîtières de Lifou et d'Ouvéa (elles ornent habituellement les toits des cases kanaks)

La Nouvelle-Calédonie est donc un territoire français mais avec des particularités, ce qui en fait une destination très dépaysante. La population mélanésienne kanak est organisée en tribus et vit encore souvent de manière simple et traditionnelle, notamment sur les îles Loyautés (la famille, le clan et la tribu sont très importantes, chaque tribu ou presque à sa propre école, lieu de culte etc...). La société est donc différente de celle que nous connaissons en métropole et voyager en Nouvelle Calédonie c'est plonger dans un monde très authentique, où le tourisme n'est pas si développé que ça.

Même si la Nouvelle-Calédonie est une destination très chère (hébergements, moyens de transport,  dépenses de la vie quotidienne), les paysages sont tellement beau qu'il est impossible de regretter son choix de voyage !

Ouvéa






Surnommée "l'île la plus proche du Paradis" par une écrivain japonaise, Ouvéa est un atoll entouré d'un lagon. En arrivant de Nouméa, je me suis prise une bonne claque en découvrant ces paysages paradisiaques et la gentillesse de ses habitants.
Ce n'est pas immense et il n'y a pas mille choses à visiter, j'en ai donc profité pour étrenner mon masque et mon tuba, à la recherche des raies, requins et poissons colorés qui peuplent le lagon. Le pont de Mouli, au sud de l'île est un bon spot pour voir des raies, on peut même en voir sauter hors de l'eau ! Un programme plutôt sympathique pour commencer les vacances.

J'y suis restée presque deux jours, le stop marche du tonnerre (il n'y a qu'une seule route sur l'île, ce qui facilite grandement les choses) et c'est un moyen plutôt sympa de discuter avec les habitants (et de pouvoir leur poser toutes les questions qui me trottaient dans la tête !).


Lifou

La plus grande des Iles Loyauté est très différente d'Ouvéa : une végétation beaucoup plus luxuriante, des falaises, des grottes, mais bien sûr aussi de très belles plages, et la population kanak y est également très accueillante. J'ai eu un gros coup de cœur pour cette île colorée et chaleureuse.
Nous sommes restées 3 jours entiers sur l'île, suffisamment pour en faire le tour et profiter de toutes ses richesses.


Une des "attractions" de Lifou c'est la baie de Jinek et son spot de snorkeling. Il faut juste éviter d'y aller le même jour que les touristes australiens débarquant de leur paquebot, auquel cas le charme n'est plus tout à fait le même...! Il est possible de se renseigner sur internet et ainsi éviter la cohue des touristes.



Aaah Kiki Beach ! Un petit joyau, que l'on découvre après une demi heure de marche en forêt, après être passées par le jardin d'un particulier (en ayant déposé un petit billet, qui nous donne le "droit" d'y accéder). On accède au banc de sable par une petite échelle branlante et là, entourées des falaises, on se sent véritablement seules au monde ... Y aller de préférence à marée basse, sous peine de ne pas avoir de sable du tout ;)

La baie de Kiki beach vue d'en haut.


Nous avons découvert la baie de Santal (côte Ouest) et la plage de Peng sous la grisaille et la pluie. Cela nous a donné l'occasion de nous réfugier chez un sculpteur de bois de santal justement, personnage haut en couleur et très intéressant, installé depuis des années en Nouvelle-Calédonie, après avoir parcouru le monde entier. Il nous a appris pas mal de chose sur le santal, ce bois très parfumé qui est d'ailleurs très utilisé en parfumerie (dans le fameux N°5 de Chanel par exemple). J'aurais bien rapporté une petite statuette en santal, mais la biosécurité néo-zélandaise ne rigolant pas, je n'ai pas voulu prendre de risque ...! C'est un coup à se la faire confisquer à l'aéroport, bon.


Lifou, ce sont aussi des falaises, de Jokin au Nord et de Xodre au Sud. Rien de mieux que d'avoir une petite visite guidée par un membre de la tribu pour en découvrir tous les trésors, parfois accompagnés de récits et légendes.

Les falaises de Jokin

Les falaises de Xodre

Ile des Pins




L'église de Vao, construite par les bagnards au XIXe siècle

L'Ile des Pins est la plus touristique des îles (mais on se sent quand même toujours un peu seul au monde ;)), tout au Sud de la Grande Terre. Nous y avons passé 4 jours entiers et je dirais que c'est un minimum, il y a pas mal de choses à voir et à faire. A l'Ile des Pins, il y a des baies sublimes au sable plus blanc que blanc et si fin ! Mais l'intérieur des terres renferme aussi des trésors, comme la grotte de la Reine Hortense, ou encore des vanilleraies à visiter.



Il y a pas mal d'excursions proposées sur l'île, nous en avions réservées deux, et aucune déception, c'était magnifique !
La première était une balade en pirogue traditionnelle, dans les baies du sud de l'île. Nous avons donc pris le soleil pendant deux bonnes heures avant d'être déposées à 45 min de marche de la piscine naturelle de la baie d'Oro, une des attractions de l'Ile des Pins. Ce bassin à l'abri de l'océan est un véritable aquarium grandeur nature ! Il est entouré des fameux pins colonnaires qui donnent son nom à l'île.






La baie d'Oro


La deuxième excursion, organisée par Mana Nautique s'appelle le "Safari nautique" et a pour but de vous emmener découvrir les animaux qui peuplent les eaux du lagon calédonien ! Nous avons eu de la chance ce jour-là, nous avons pu voir deux tortues grosse tête, des requins pointe blanche, des dauphins et des raies (dont une raie manta !) Le tout bien entendu dans un décor de rêve...!



Nous avons également pris le temps de visiter la grotte de la Reine Hortense qui est assez impressionnante ! Elle est largement ouverte sur la forêt mais il faut être équipé d'une lampe si on veut y pénétrer vraiment.



La Grande Terre

Après l'Ile des Pins, je suis partie à Koné sur la Grande Terre, j'avais en effet réservé un vol en ULM pour survoler le lagon et le fameux coeur de Voh (immortalisé par Yann Artus Bertand). Mais avant ça j'ai eu la chance d'avoir un bon aperçu de tout le Nord de l'île grâce à l'adorable tante d'une amie qui m'a emmenée visiter un peu la région ! La côte Est est particulièrement belle et verdoyante, avec des paysages très différents de ceux de la côte Ouest, côte beaucoup plus sèche.

La poule (couveuse !) de Hienghène



J'avais réservé un vol d'ULM auprès de l'hôtel Hibiscus à Koné, donc, hôtel qui a la propriété de cette entreprise proposant des vols de 45 min (ou plus) au dessus du lagon et de la curiosité de la région, le coeur de Voh. J'avoue n'être pas encore tout à fait remise de ce vol, tellement il était beau ! Et les 45 min se font en musique, entrecoupée des explications du pilote, ce qui rend l'expérience encore plus belle (Ed Sheeran dans les oreilles au décollage, c'est quand même pas mal !). Les 45 min passent à une vitesse folle, mais on a quand même le temps de voir des tas de belles choses, et toujours ces nuances de bleu !



Survol du "trou bleu", une fosse de 200m de profondeur qui est "taboue" (sacrée) pour les Kanaks. Il y est donc interdit d'y plonger ou d'y pécher.


L'approche du coeur, sous la belle lumière du matin !





Nouméa

La principale ville de Nouvelle-Calédonie n'est pas vraiment jolie et sans grand intérêt d'après moi (hormis quelques musées - le musée de la ville est peu cher et très bien fait et le centre culturel Tjibaou). Il y a en revanche des excursions à faire sur des îlots au large, comme l'îlot Amédée. C'est certes assez touristique mais l'îlot est vraiment joli, le phare et les fonds sous-marins également.




Le phare a été construit sous Napoléon III à Paris puis démonté pour le transport et remonté ici quelques mois plus tard.



Les trois semaines sont passées à une vitesse folle et je dois dire que la Nouvelle-Calédonie était encore plus belle que je ne l'imaginais !

Aucun commentaire

Back to Top